POURQUOI DÉSOLATION EST-IL L’UN DES MEILLEURS ROMANS DE STEPHEN KING ?

Désolation de Stephen King avait déjà tout pour me plaire : ambiance désert et coyotes, une bourgade minière perdue au fin fond des États-Unis, un policier au comportement bien plus qu’étrange. Je ne pouvais pas rater l’occasion de le lire.

T’as déjà entendu parler de la ville de Désolation, pas très loin de la route 50 qui traverse le désert du Nevada ? L’ancienne ville minière ? Non ? Vraiment pas ? Peter & Mary Jackson n’en avait jamais entend parlé non plus. Et pourtant, leurs amis les avaient prévenu qu’au Nevada, les gens sont, comment dire… bizarres. C’est donc sur cette route, la plus déserte des États-Unis, que Peter & Mary sont font arrêter et embarquer par un policier quelque peu étrange. Anormalement grand pour être vrai, trop énigmatique, trop inquiétant… trop. Et puis ce chien cloué au panneau de signalisation ne présage vraiment rien de bon. Après tout, leurs amis les avaient prévenu. La famille Carver, revenant de vacances en camping-car, emprunte également la route la plus déserte du pays. Elle aussi se fait arrêter par un flic leur faisant de grands signes étranges. De toute façon, Ralph Carver n’avait pas très envie de retourner au lac Taho cette année. Puis, il y a Johnny Marinville : Écrivain, dont la gloire d’antan l’a snobé, tentant de renouer avec le succès en entreprenant un voyage sur son Harley Davidson. Arrêté au bord de la route 50, il tombe sur un gigantesque flic. Et tiens, ça tombe bien. Ce dernier est un admirateur. Enfin, bien avant qu’il lui casse le nez, bien sûr. Tous sont emmenés au poste de commissariat de la ville de Désolation qui semble complètement déserte.

Tout d’abord, le fait que l’action principale se déroule dans le désert, dans un endroit extrêmement isolé, donne l’image d’une Amérique authentique, voire presque archaïque. Le lecteur n’a donc vraiment pas de mal à s’imaginer parcourant la longue route 50, entourée d’une végétation aride et d’animaux quelque peu sauvages. Pour ce qui est de la ville de Désolation, elle fait tout simplement froid dans le dos. Inhabitée, glauque et peuplée d’animaux tout droit sorties de la bouche de l’enfer : serpents, tarentules, coyotes au sourire mesquin. Amateurs d’horreur, non, vous ne serez pas déçus.

Parlons des personnages : En somme, c’est un petit groupe de survivants qui essaie d’échapper au shérif, Collie Entragian, qui a complètement perdu l’esprit. Étant donné que Stephen King apporte beaucoup d’importance à la construction de ses personnages, chacun va avoir le droit à un petit retour en arrière, nous dévoilant ainsi une partie de leur passé et de ce fait, de leur personnalité. Dans cette joyeuse petite bande, je retiendrai sûrement deux personnages qui, à mon sens, sont beaucoup plus profonds que les autres : le petit David Carver, 11 ans, qui entretient une relation toute particulière avec Dieu, et Johnny Marinville, un écrivain dont le sarcasme et l’ironie cachent quelques petites plaies encore à vif.

Certes, avec Stephen King, on est toujours un peu sur le même schéma : un petit garçon différent, des pouvoirs inexplicables qui vont faire la différence. Toutefois, Désolation n’est pas seulement un roman d’horreur et de science-fiction. Même si l’aspect horrifique est très bien respecté et que certains passages sont à la limite de la décence, c’est également un roman axé sur la spiritualité et la religion. En effet, l’intrigue est quelque peu manichéenne car ici c’est le Bien et le Mal qui s’affrontent dans une lutte acharnée.

Bref, c’était vraiment sympathique de faire un tour à Désolation.

Ce livre te plaira si :

-Si tu apprécies les ambiances apocalyptiques.

-Les santiags, gros ceinturon et chapeaux de cowboy, ça a toujours été ton truc.

-Décidément, rien y fait mais t’as jamais pu trop apprécier la police..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s